Tapis : Comment bien le choisir en fonction de la pièce.

Capables de métamorphoser n’importe quelle pièce, le marché actuel regorge de tous les styles de tapis, du plus contemporain au plus classique, des tapis ultra-mode « Shaggy » avec de longues mèches moelleuses, aux tapis tissés avec des motifs géométriques, en passant par les Kilims chatoyants, les peaux de moutons ou de vaches, les Persans confortables ou encore les tapis d’inspiration Bérbère ou plus généralement ethnique.

Outre la taille et la couleur qui sont à prendre immédiatement en considération, on s’attardera à la qualité des matériaux (qu’ils soient synthétiques ou naturels) pour effectuer notre choix et optimiser l’adéquation tapis / pièce.

Retrouvez également le petit « plus » de l’édito avec nos conseils d’entretien.

Le sommaire :

1. Quel type de tapis choisir ?

Trois types principaux de tapis se rencontrent de nos jours.
C’est la méthode de fabrication qui leur donne leurs caractéristiques techniques et esthétiques. Car un tapis, ce n’est pas que du « look », mais aussi et surtout, une confection qui déterminera sa robustesse et donc sa longévité.

  • Les tapis au point noué sont conçus en torsadant à la main plusieurs fils individuels autour d’une chaîne. Fermement noués, ils sont le résultat d’un savoir-faire artisanal qui les rend extrêmement durables, grâce à la densité de leurs points.
  • Les tapis tissés à plat, assemblés de manière traditionnelle, proviennent d’Inde, et sont confectionnés à partir d’un mélange de coton et de laine. On obtient avec cette technique une robustesse incomparable, ce pour quoi on les retrouve dans les couloirs ou les cuisines. Petits, légers et maniables, on les déplace au gré des humeurs.
  • Les tapis tuftés sont en règle générale des tapis à base de laine, où la mèche textile est implantée dans une toile tendue sur un métier à tisser, pour ensuite enduire l’envers du tapis d’une couche de latex et fixer les poils. De part leur résistance et à cause de leur méthode de fabrication, on les trouvera idéalement dans les zones à fort passage, tout en offrant aux clients de nombreuses variantes de couleurs, de formes et de motifs

2. Quelle taille de tapis choisir ?

Maintenant que vous êtes fixés sur le type de tapis que vous désirez acquérir, il s’agit de choisir la bonne taille. Et pour répondre à cette question, il faut d’abord établir quelle sera la fonction de votre tapis.

Sera-t-il là d’abord pour protéger vos sols ? 

Limiter les déperditions de chaleur ? 

Créer une esthétique harmonieuse en fonction de vos meubles ? 

Offrir une touche de caractère franche et décidée à votre décoration ?

Au-delà de la fonction, il conviendra avant toute chose de mesurer votre espace disponible une fois la disposition de vos meubles établie.Cependant, voici quelques tailles standards de tapis qui peuvent vite vous aiguiller quant à votre choix : 

  • Paillasson : 60 X 90 cm
  • Tapis de taille moyenne : 120 X 170 cm
  • Tapis de grande taille : 160 X 230 cm
  • Tapis de très grande taille : 300 X 300 cm
  • Tapis de couloir : 65 X 200 cm
  • Les tapis ronds : diamètre selon votre espace disponible.
 
 
Lampadaire ASYMETRIC
Lampe de Table ALFAJARIN
Lampe de table TRIMETRIC
Applique COBEN 2

3. Quel matériau choisir ?


Entre choix esthétique et rentabilité tactique, sachez trouver le juste milieu pour profiter comme il se doit de votre tapis. On réfléchira à la fréquence de passage sur ses fibres autant qu’à la facilité de le nettoyer régulièrement. Le choix de l’emplacement est donc crucial pour déterminer de quel matériau il sera composé.

Par exemple, la supériorité des tapis en laine, tant sur le plan de la solidité que sur la délicatesse de leurs textures douces, en font des candidats prisés pour les intérieurs chics et raffinés. On les trouvera donc en bonne place dans les salons capiteux et les chambres parentales.

Faciles à nettoyer, légers et résistants, les tapis en coton se prêtent sans problèmes aux cuisines ou aux salles de bains comme aux couloirs fréquentés. De plus, avec leurs looks discrets, ils seront les prétendants à un style de déco décontractée et moderne.

Une autre alternative : le tapis naturel. En sisal, en jute ou en jonc de mer, ils sont robustes et en général assez légers tout en offrant un panel de couleurs naturelles qui donnera un côté bohème à vos pièces.

 

4. Quel tapis pour mon salon ?

Une règle d’or avant toute chose : la taille de votre tapis doit être au minimum aussi large que la taille de votre canapé. 

Ensuite, c’est à votre guise : on pourra poser le canapé sur le tapis, à la moitié ou bien tout à fait entièrement pour ceux qui aiment voir en grand. Un conseil : on prendra soin d’équiper son canapé de patins afin de protéger le tapis des marques dues au poids.

Notre conseil : choisissez plutôt un tapis en laine, épais et dans des tons de beiges ou de bruns, qui accentueront le coté cosy de l’atmosphère du salon.

 

5. Quel tapis pour ma salle à manger ?

Trois impératifs pour la salle à manger : un tapis facile à nettoyer, un tapis qui ne bloquera pas le mouvement des chaises et un tapis qui sera équipé d’un revêtement en latex côté sol pour que celui-ci soit bien stabilisé.

On prendra bien garde à choisir un tapis qui couvrira toute la zone au sol une fois que les chaises seront déployées. Pour la composition, on lorgnera du côté des tapis tissés à plat ou des tapis à poils ras.

 

6. Quel tapis pour une chambre d’enfant ?

Idéalement, ce seront des tapis en coton ou en fibres synthétiques, facilement lavables mais également ludiques, où l’enfant pourra créer son univers en s’appropriant le graphisme des tapis, car on le sait, les enfants adorent jouer à même le sol.

7. Quel tapis dans les pièces humides de la maison ?

Le bon sens exigera que ce tapis soit facilement nettoyable, résistant à la chaleur et à l’humidité. On aura un faible pour les tapis en coton avec revêtement latex, car il faut assurer un maximum de prise au tapis sur le sol afin d’éviter le dérapage… et la chute !

 

8. Quel tapis lorsqu’on possède un animal de compagnie ?

On évitera de toute urgence les tapis trop fragiles et trop précieux qui souvent, à cause de leurs matériaux, collectionnent les poils des animaux autant qu’ils s’avèrent plus complexes à laver, et donc, à entretenir.

On se repliera, dans les pièces où votre compagnon à quatre pattes s’ébroue, sur des tapis composés de fibres faciles à nettoyer comme des semi-synthétiques, tissés à plat et de préférence réversibles.

 

9. Quel tapis pour les extérieurs ?

Quel tapis pour les extérieurs ?
Hormis les tapis en viscose, peu attrayant sur le plan du design et de l’esthétique, nous vous conseillons de miser sur des tapis tissés à plat, qui sont conçus pour les intérieurs comme pour les extérieurs de la maison.

Même trempés, on pourra tout simplement les faire sécher sur une rambarde ou alors, bien enroulés et posés à la verticale, sans les serrer pour que ces derniers puissent sécher tranquillement.

10. Comment mettre votre tapis en valeur ?

Ici, c’est d’abord une question de préférences esthétiques, et globalement, il n’y pas de mauvaise ou de bonne manière de positionner votre tapis mais il est tout de même bon de prendre en compte la disposition presque « définitive » de vos meubles.
En effet, c’est ce qui aura une incidence immédiate sur la taille dont vous aurez besoin.

On prendra donc soin d’évaluer au mieux la taille des canapés, lits, table de salle à manger, buffets, etc.
Un dernier conseil : pensez aux tapis circulaires, moins fréquents, mais qui conviennent mieux aux tables basses ou aux tables de salle à manger, que l’on centrera bien sûr.

Même trempés, on pourra tout simplement les faire sécher sur une rambarde ou alors, bien enroulés et posés à la verticale, sans les serrer pour que ces derniers puissent sécher tranquillement.

11. Comment nettoyer votre tapis ?

Au regard des prix conséquents des tapis, on ne saurait trop vous recommander de les bichonner.
Exception faite des tapis en laine qui, de part leur fragilité, devraient toujours être entretenu par un professionnel, on peut, avec un peu d’huile de coude, se charger de l’entretien de ses tapis et continuer à les faire resplendir au quotidien.

Il faut savoir que les tapis tuftés et la plupart des tapis neufs perdent une partie de leurs poils au départ. Durant cette courte période, on s’emploiera à effectuer un brossage et un nettoyage régulier à l’aide d’un aspirateur. Pensez à utiliser l’embout adéquat et la brosse qui convient le mieux fournis avec votre aspirateur.

Si vous vous demandez comment nettoyer un tapis quotidiennement sans l’abîmer, misez sur le bicarbonate de soude ou la terre de Sommières. Commencez par retirer la poussière de votre tapis à l’aide d’un aspirateur et répartissez ensuite le bicarbonate de soude ou la terre de Sommières sur la surface du tapis. Il faudra laissez le temps à la poudre d’agir, pendant la nuit, par exemple. Le lendemain, aspirez la poudre.

Une autre technique : le savon noir.

Cette technique ne s’applique pas quotidiennement bien sûr, mais lorsque votre tapis commence à montrer des petits signes de saleté incrustées. Réalisez un mélange de savon noir liquide et d’eau dans un seau ou une bassine et imbibez une éponge du mélange. Frottez alors le tapis en utilisant de l’eau mélangée à du vinaigre blanc pour rincer le tapis. Ensuite, laissez sécher le textile.

Un tapis ne se plie pas. C’est une règle que l’on a tendance à oublier dans la précipitation d’un déménagement ou d’un changement de déco. Pour éviter de « casser » les fibres et de préserver la souplesse des poils, on le roulera toujours vers l’intérieur.

Les tapis n’aiment ni l’humidité ni les grosses chaleurs, pas plus que la lumière solaire qui, trop forte, occasionnera à coup sûr une décoloration irréversible. On le remisera donc dans un endroit sec, à une température ambiante et avec une ventilation suffisante.

Des fils ou des poils un peu lâches ? Ne tirez pas dessus ! Mais préférez les couper, pour éviter la catastrophe d’un tapis qui se délite.

12. Comment empêcher vos tapis de s’estomper ?

Lorsqu’on parle de tapis, le plus souvent, on parle de fibres naturelles. Et donc de textures potentiellement fragiles. Le principal souci étant une décoloration prématurée.
L’astuce ? pensez à retourner régulièrement votre tapis pour éviter de trop longues expositions au soleil. Ou à lui faire visiter une autre pièce. Souvent, en changeant ses tapis de place, on redécouvre son intérieur.

Enfin, pour éviter glissades intempestives et les usures de la structure de maillage qui se trouve au contact du sol, placez des tapis de sols antidérapants pour que votre tapis soit toujours maintenu en place.

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire